Défilé carnavalesque

 

C’est un défoulement (« bodé apiyé ») dans les rues lors des fêtes de quartiers ou lors de célébration d’évènements particuliers.

 

Le son « gwo siwo » et « senjan » joués sur les tambours par les musiciens du groupe pendant le défilé, confère une démarche guerrière aux participants et la transe procurée par la musique et les voluptés d’encens permet aux participants de parcourir des kilomètres sans rechigner.

Exemple de « linj » (costume) : « mas a annyon »

 

Symbolisme :

Les haillons servaient de couchage (après la paillasse) aux esclaves et aux pauvres. Après les fêtes de fin d’année, le carnaval qui commence le dimanche de l’épiphanie surprend la population.

La seule solution pour tous ceux qui n’ont pas d’argent pour s’acheter des costumes, c’est de récupérer les vieux vêtements (« Fery Anba Kabann ») qui leurs sert de lit.

Ainsi a pris naissance une coutume carnavalesque propre à la Guadeloupe.

 

Matériaux :

Un sac en jute ou une robe

Des lambeaux de tissus ou haillons

De la colle

Du fil de fer pour la coiffe

Du maquillage ou du grillage fin pour cacher le visage

Suivez nous en live !

Retrouvez nous...

 

Suivez nous sur Facebook !

Rejoignez le Facebook de Ka Fraternité en cliquant ici